Le crédit d’impôt ou CITE : quels sont les détails sur cette aide ?

Le crédit d’impôt ou CITE : quels sont les détails sur cette aide ?

Désormais, le dispositif MaPrimeRénov remplace le crédit d’impôt ou CITE. Il a été établi dans le but d’encourager les ménages à exécuter leurs travaux de rénovation énergétique. Il est destiné aux logements dont la construction a été achevée depuis au moins 2 ans. Une construction neuve n’est donc pas concernée par cette aide de. Depuis 2020, ce dispositif devient petit à petit une prime qui est accordée suivant des conditions de revenus.  

Le CITE ou crédit d’impôt pour la transition énergétique

Mis en place par l’État en 2014, le CITE ou crédit d’impôt pour la transition énergétique a été faite, notamment pour inciter les ménages à changer leurs systèmes par des dispositifs renouvelables. Il a été créé dans la cadre des AIDES construction et rénovation énergétique.

À son lancement, l’accès au CITE n’a pas été soumis à des conditions de ressources. Locataires, propriétaires peuvent être éligibles. Le logement concerné doit être la résidence principale du demandeur. La rénovation doit être effectuée par une entreprise certifiée RGE. Différents travaux sont éligibles suivant les années. 

En 2019, le crédit d’impôt pouvait financer le remplacement d’une chaudière à fioul par un dispositif hautement performant. Il pouvait aussi couvrir les frais sur la pose de source d’énergie renouvelable. Certains travaux de remplacement de portes peuvent être couverts. Depuis janvier 2018, les travaux sur les portes d’entrée donnant sur l’extérieur ne sont pas concernés. C’est aussi le cas pour ceux qui touchent l’isolation de volets. La pose de panneaux solaires photovoltaïques n’est pas non plus éligible.

Pour ce qui est du montant, une aide de 15 % sur la totalité des travaux peut être reçue sur l’acquisition de matériaux d’isolation sur les parois vitrées. Le dispositif peut aussi couvrir 30 % des charges touchant l’achat d’autres matériaux. Il peut se charger des frais sur le coût de la main d’œuvre sur la pose d’une cuve à fioul. 

Le crédit d’impôt est plafonné à 16000 € pour un couple. Le montant est de 8000 € pour un célibataire. Une somme de 400 € sera encore ajoutée sur chaque personne à charge. 

Le crédit d’impôt devient MaPrimeRénov en 2020

Dans le but de faciliter les démarches, l’État décide de transformer le crédit par MaPrimeRénov ou prime CITE. Cette transformation implique aussi des changements sur les conditions d’éligibilité. Seuls les ménages à revenus modestes pourront disposer de cette aide. 

Selon certains médias, cette prime serait comprise entre 200 € et 1000 €. Le montant varie suivant le revenu du bénéficiaire et du type de travaux à effectuer. En 2020, le CITE restait disponible à ceux qui ne font pas partie des personnes à revenus modestes ou très modestes. Toutefois, l’ancien dispositif sera supprimé à tous les consommateurs à partir de 2021. 

En ce qui concerne la démarche, une ligne dédiée figure sur la déclaration de revenus. La demande peut s’effectuer en ligne ou directement sur papier en remplissant un formulaire particulier. Le dossier doit préciser les types de travaux ainsi que leurs coûts incluant les différentes factures y afférant. Ces dernières doivent indiquer le lieu où les travaux sont exécutés, la date à laquelle la visite obligatoire a été effectuée et les caractéristiques techniques des équipements utilisés.

Cumuler le CITE ou MaPrimeRénov par d’autres aides

Il est également possible de cumuler cette prime par d’autres dispositifs.

Vous pouvez ajouter le montant de votre écoprêt à taux zéro pour augmenter votre aide sur vos travaux de rénovation énergétiques. Ce prêt peut être accordé par la banque pour des travaux réalisés par des bailleurs ou des propriétaires sur leurs résidences principales. Pour y adhérer, le participant doit effectuer au moins deux types d’actions visant à réduire les dépenses énergétiques. 

La prime énergie est aussi être utiliser pour cumuler le montant de la prime CITE. C’est une aide de la part des fournisseurs d’énergie. Elle correspond à la somme économisée sur les travaux d’optimisation du système énergétique. Elle peut toucher aussi bien les propriétaires que les locataires. 

Enfin, vous pouvez également faire appel au programme d’aide « Habiter Mieux » de l’ANAH. Ce dispositif permet aux propriétaires occupants de profiter d’une aide de 35 % à 50 % sur leurs dépenses en matière de travaux d’installation énergétiques. Ce taux varie en fonction du revenu. Notez que ce dispositif concerne les logements dont l’achèvement de la construction date de plus de 15 ans.

Il faut savoir que le dispositif de l’ANAH ne peut pas être cumulé avec la prime énergie. 

Pour être au courant de tous les changements ainsi que les autres informations concernant le crédit d’impôt, cliquez sur les pages de votre site Construires.fr. 

Le crédit d’impôt ou CITE