Le coût d’un permis de construire d’une surface de plancher

permis de construire d’une surface de plancher

Le coût d’un permis de construire d’une surface de plancher

permis de construire d’une surface de plancher

Le permis de construire d’une surface de plancher est un document officiel qui donne le droit d’effectuer les travaux. Il est obligatoire, uniquement, si les travaux résultent à la création d’une surface habitable de plus de 40 m². En deçà de cette surface, il vous faudra une déclaration de travaux. En effet, avant d’entamer des travaux, différents éléments sont à prévoir dont l’autorisation requise et le coût. Le budget est également un point essentiel. Il est à évaluer en amont pour réussir les travaux. Découvrez alors le coût d’un permis de construire d’une surface de plancher pour optimiser au mieux votre projet. La demande de permis de construire est gratuite. Les frais d’architecture sont également à prévoir pour la création d’une surface habitable de plus de 150 m². Découvrez sans plus attendre le coût d’un permis de construire d’une surface de plancher.

 

Les frais élémentaires d’un permis de construire d’une surface de plancher

La constitution du dossier de permis est très importante dans la décision de la mairie à vous octroyer ou non l’autorisation. La demande est gratuite. Si la surface à créer est supérieure ou égale à 150 m², les honoraires de l’architecte varient en fonction du forfait que vous choisissez. En France, les services vont coûter entre 1 500 à  4 000 euros hors taxe.  Bien sûr, ce coût varie d’un professionnel à un autre en fonction de sa notoriété. Il va aussi dépendre de la région, de la complexité de votre projet. Si vous faites appel à un architecte par exemple, ce spécialiste sera en mesure de prendre en main la préparation de votre dossier pour l’obtention du permis de construire.

 

Le prix des taxes dans le permis de construire d’une surface de plancher

Pour obtenir un permis de construire d’une surface de plancher, il est nécessaire de s’acquitter de certaines taxes locales dont :

– la taxe d’habitation,

– la taxe foncière sur les propriétés bâties,

– la taxe d’aménagement.

La taxe d’habitation est la valeur locative cadastrale de la maison et de ses annexes. Elle s’applique également sur les dépendances localisées à moins de 1 000 m de la maison ou du terrain. D’un autre côté, la taxe foncière sur les propriétés bâties s’applique sur les maisons construites. Ce type de taxe est redevable tous les ans. La valeur de cette taxe est calculée à partir de la valeur locative cadastrale de la propriété, du taux d’imposition fixé par les collectivités locales et du coefficient de revalorisation annuelle. La taxe foncière sur les propriétés bâties s’applique aussi aux nouvelles constructions. La taxe d’aménagement de son côté concerne les travaux de modification ou d’agrandissement d’un bâtiment déjà construit depuis des années. Les services des impôts vont établir la valeur de la taxe à partir la date de délivrance de l’autorisation d’urbanisme. Voici une formule simple pour calculer la taxe : « la surface de construction x le taux du secteur x la valeur par m² ». Les taxes sont coûteuses lorsque la maison présente des qualités et un confort spécifiques. Par exemple, elle est plus valeureuse pour les maisons dotées de :

– nombreuses salles de bains ;

– plusieurs balcons ;

– nombreuses fenêtres ;

– des garages ;

– nombreuses terrasses

permis de construire d’une surface de plancher

Mots clés

Partager cet article:

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on telegram
Share on whatsapp