Construire un agrandissement de maison en 10 étapes clés

Construire un agrandissement de maison

Construire un agrandissement de maison en 10 étapes clés

Construire un agrandissement de maison

 

Vous avez besoin d’espace, vous sentez que votre maison n’est plus assez grande pour que chaque membre de la famille puisse avoir son intimité ? Vous n’avez nullement besoin de partir à la recherche d’une nouvelle maison et à déménager. Essayer d’agrandir il faut ajouter des espaces supplémentaires en procédant à une extension. Pour gagner des espaces en plus, l’agrandissement peut être une solution économique. Voici les 10 étapes clés pour réaliser un agrandissement.

1-Connaître les règles

Avant de débuter une construction ou d’établir votre projet d’agrandissement, renseignez-vous sur les différentes règles d’urbanisme. Consultez le plan local d’urbanisme à la mairie pour déterminer les normes en vigueur dans votre ville. Si ce dernier n’est pas disponible, reportez-vous au règlement national de l’urbanisme. Ces dossiers vous informent sur la taille maximale de votre extension, son aspect en général (matière et couleur), son orientation, la distance à respecter par rapport à la route…

Ne négligez pas la surface de plancher et le coefficient d’emprise au sol qui vous indiquent la surface maximale dans lequel vous pouvez construire. N’oubliez pas de prendre en compte les servitudes qui dictent les règles régissant les rapports entre deux propriétés voisines. Ce sera un moyen d’éviter d’éventuels conflits judiciaires avec votre voisin.

2-Les cas où il faut une déclaration préalable

Si la surface de plancher créée dans le cadre de votre extension est égale ou inférieure à 20m2, vous devez faire une déclaration préalable. Pour un projet dans une zone urbaine soumise à la PLU (plan local d’urbanisme) le seuil est porté jusqu’ à 40 m2 .Cette déclaration est nécessaire pour pouvoir engager les travaux dans les règles. Elle doit contenir vos exigences sur l’aspect de votre extension comme les couleurs, les matériaux et la forme.

3-Obtenir un permis de construire

Si votre extension est d’envergure plus importante que les types de projets précédemment cités, vous devez obtenir un permis de construire. Ce dossier administratif sert à vérifier si votre projet respecte les règles d’urbanisme. Il est à établir en quatre exemplaires lors de son dépôt. Le délai d’instruction prend entre 2 à 3 mois, cela dépend du type de construction et il est valide pendant 3 ans.

4-Sollicitrer un architecte

Un architecte est un professionnel qui vous facilitera la vie lors des projets de grande envergure comme l’agrandissement de votre maison. Il étudiera la faisabilité du projet en prenant en compte vos besoins en espace et en volumes ainsi que le design selon votre style. Après un diagnostic complet de votre maison, il conçoit votre projet et vous propose les approches et options légales qui se présentent à vous. Suivant la loi, la consultation d’un architecte est obligatoire lorsque la surface des travaux s’approche ou dépasse les 150 m2. Il est préférable cependant d’en faire appel, car votre projet en sera plus optimisé grâce à ses expertises. Ce spécialiste vous accompagne lors des démarches administratives.

5-Faire des études préliminaires

Après le rendez-vous avec l’architecte, des études préliminaires sont nécessaires avant de commencer tout travail d’agrandissement. L’étude topographique et typologie du sol permet d’opter quelles techniques à appliquer donc de choisir les matériaux adaptés lors de la mise en œuvre. L’analyse de la structure architecturale de votre maison simplifie le choix des solutions d’extension et donne lieu à une évaluation budgétaire de votre projet.

6-Choisir son extension

Afin de construire une extension à votre style correspondant à vos goûts et vos possibilités, il existe plusieurs solutions d’extension ou d’agrandissement. Parmi cela il y a l’extension verticale ou la surélévation qui consiste à augmenter la hauteur de votre maison. Vous pouvez ajouter un ou plusieurs étages supplémentaires à votre habitation pour aménager un bureau ou bien une salle de jeux ou encore des chambres d’hôte. Les possibilités d’aménagement sont vastes, le choix ne dépend que de vos besoins et de la capacité de votre maison à supporter les charges. Si vous avez un grand jardin, optez plutôt pour une extension horizontale qui est plus économique que la verticale. Ce type d’extension s’adapte à toutes sortes d’architecture et permet de multiples choix d’agencements pour votre habitat. Au cas où aucune de ces deux extensions ne serait possible pour votre maison, choisissez l’extension par excavation. Agrandissez en créant ou aménageant un sous-sol. Cela vous permet de garder l’aspect extérieur de votre maison et ajoute une valeur grâce à l’originalité de cette dernière.

7- La règlementation thermique

Selon la réglementation thermique RT 2012, la surface d’une extension ne doit pas dépasser 30% de la surface de votre habitation. Si elle dépasse ce pourcentage, d’importants frais supplémentaires seront ajoutés à vos dépenses. Cette mesure a été prise dans le but de respecter l’environnement. Ainsi, votre projet devient plus coûteux. Néanmoins si vous tenez à avoir de l’espace, consultez les avis d’un spécialiste en bilan thermique ou celui de votre architecte.

8-gestion du budget

Les frais dépensés lors d’un agrandissement dépendent du type d’agrandissement, du design, de la gamme et des matériaux utilisés. Pour économiser, n’hésitez pas à comparer les prix et à réajuster votre projet pour mieux gérer votre budget. Par exemple, le prix d’une extension par surélévation varie entre 1 200 et 3 500 € / m 2 TTC alors qu’une extension par excavation est de près de 800 à 2 200 € / m 2 TTC. Prendre en compte les prix des matériaux à utiliser vous facilitera le choix de ces derniers. Le bois par exemple est moins cher que le parpaing. Ces détails sont à considérer pour faire le bon choix. Il ne faut pas oublier les frais supplémentaires dus aux démarches administratives, l’assurance et l’honoraire de l’architecte. Faire des comptes permet de mieux gérer le budget pour une extension correctement optimisée.

9- La réalisation

Après avoir mis en évidence les contraintes (réglementation thermique, restriction budgétaire…), mettez à jour votre projet afin de trouver la solution la mieux adaptée. Essayeze d’harmoniser votre extension avec votre maison pour un rendu plus naturel et structurer. Le gros œuvre réalisé en priorité lors d’une extension est souvent : la fondation, le soubassement, la chape en béton, l’élévation des murs, l’isolation… Tous les travaux sont dirigés et surveillés par l’architecte pour obtenir un rendu qui vous satisfait en suivant les règles du milieu.

10- réception des travaux

Tous travaux de construction l’agrandissement constituent une étape importante et décisive. Elle marque la fin du chantier et le début de la garantie stipulé dans votre contrat. Elle se traduit habituellement par la vérification de toutes les fonctionnalités de la maison (câbles électriques, chauffage, tuyauterie …). Veuillez assurer au bon suivi du contrat et au contrôle d’éventuel défaut afin de pouvoir les réparer avant l’expiration de la garantie.

Construire un agrandissement de maison

Mots clés

Partager cet article:

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on telegram
Share on whatsapp