Prêt à taux zéro : quels enjeux pour l’achat immobilier ?

 Prêt à taux zéro : quels enjeux pour l’achat immobilier ?

Prêt à taux zéro

Le prêt à taux zéro profite principalement aux primo excédents. Il permet de devenir propriétaire tout en profitant de conditions avantageuses. Grâce à cette offre, vous pouvez financer votre projet sans payer le taux d’intérêt. Découvrez les grandes lignes !

Prêt à taux zéro : les spécificités

Vous rêvez de devenir propriétaire ? Le prêt à taux zéro ou PTZ se présente comme étant une opportunité intéressante si votre achat concerne votre prochain logement principal. C’est un système de soutien dont le but est de faciliter l’accès des ménages à la propriété. Il comporte quelques spécificités à prendre en compte. 

Premièrement, le PTZ est destiné aux primoaccédants. Financé par ce dispositif, un logement ne peut pas faire l’objet d’une location sans que la totalité du prêt soit remboursée. Pour être éligible, le logement doit respecter les règlementations énergétiques RT 2012 et suivre le label BBC 2005. Le PTZ fait partie des aides construction et rénovation énergétique. Il doit faire l’objet d’une convention avec l’État. Dans la plupart des cas, le prêt à taux zéro est considéré comme un apport personnel conçu pour financer une partie soit près de 40 % des dépenses sur le logement. 

Qui peut en bénéficier ?

En règle générale, le PTZ est accordé à ceux qui désirent être propriétaires de leur première résidence. Toutefois, cette condition n’est pas prise en compte si le demandeur est en possession d’une carte d’invalidité. Elle n’est pas non plus prise en considération lorsque le bénéficiaire possède une allocation aux adultes handicapés. Par ailleurs, une personne qui ne fait pas partie des primoaccédants peut obtenir un prêt à taux zéro si son logement a été victime d’une catastrophe le rendant inhabitable. 

L’obtention du PTZ est aussi soumise à des conditions de ressources. Seuls ceux dont le revenu ne dépasse pas un certain plafond sont concernés. Ce plafond connaît également des variations suivant la localisation géographique du demandeur et le nombre d’occupants du logement.

S’il s’agit, par exemple, d’un seul occupant qui se trouve dans la zone A, son revenu ne doit pas dépasser 37 000 € pour être éligible au PTZ. Toujours pour un occupant, mais qui habite dans la zone B1, ce montant est limité à 30 000 €. 

Pour un logement occupé par 4 personnes, le revenu du ménage ne doit pas dépasser 74 000 € s’il se trouve dans la zone A. Au cas où l’habitation serait implantée dans la zone B1, le revenu requis est limité à 60 000 €. 

Comment se définit le calcul du prêt à taux zéro ?

Plusieurs éléments doivent être examinés pour déterminer le montant du PTZ. Tout d’abord, il faut connaître le nombre de personnes dans la famille qui habite dans le logement. La nature du bien est également étudiée par la banque avant d’accorder ce prêt. Il doit s’agir d’une acquisition dans le neuf. Si le logement a déjà fait l’objet d’un ou de plusieurs prêts, le montant ne doit pas excéder au montant des anciens prêts. Voici quelques exemples de types de montants sur le prêt à taux zéro :

Pour une seule personne installée dans la zone B2, le montant du PTZ peut être de 44 000 €. Il peut être de 60 000 € dans la zone A. 

Pour un logement avec 2 occupants, le montant de ce prêt peut s’évaluer à environ 40 000 € dans la zone C. Dans la zone A, le PTZ est chiffré à près de 60 000 € pour deux occupants.

Aperçu sur le remboursement du PTZ

Le principal atout du PTZ réside dans son caractère sans intérêts. Le remboursement est également plus souple, par rapport à un crédit classique. Tout comme le montant, la localisation du logement, les ressources du bénéficiaire ainsi que la composition du ménage concerné sont autant d’éléments à considérer. 

Pour calculer la durée de remboursement d’un PTZ, il faut d’abord évaluer le montant total des ressources du foyer. Le chiffre obtenu est ensuite divisé par le coefficient familial. Plus le revenu de l’emprunteur sera élevé, plus le délai de remboursement sera court. En fonction du revenu, le début du paiement du remboursement peut être ajourné à 5 à 15 ans. Pour les ménages à très faible revenu, la durée peut s’étendre sur plus de 20 ans. 

Il est tout à fait possible de cumuler d’autres prêts au PTZ. Ce dernier se présente comme un crédit supplémentaire, son montant ne doit pas dépasser 40 % du montant total du bien acquis.

Un des autres avantages du PTZ réside aussi dans son caractère à pouvoir réduire les charges fiscales d’un logement en l’accouplant avec la taxe d’aménagement. Des détails vous sont fournis en scrutant le site Construires.fr. Sur ce site se découvrent aussi les autres avantages du recours au prêt à taux zéro.

Prêt à taux zéro