Réaliser une extension : quels sont les financements possibles ?


Financement

Vous souhaitez réaliser des travaux d’extension de logement mais ne savez pas comment les financer ? Il existe plusieurs solutions vous permettant de mener à bien votre projet. Selon la nature des travaux et si la performance énergétique est un de vos objectifs, les financements varient.

Obtenir un financement de l’Anah

Dans le cas où votre projet d’extension de votre bien répond à un besoin de confort, l’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat (Anah) peut accorder des primes correspondant à un pourcentage du montant des travaux ou à un forfait fixe. Celles-ci visent à encourager les ménages à effectuer des travaux pour améliorer leur qualité de vie (confort, salubrité). Pour y avoir droit, il suffit de remplir un dossier et y joindre tous les documents nécessaires attestant que l’objectif d’amélioration de votre habitat est ce qui motive votre souhait d’effectuer des travaux. Ainsi, tous les devis (des artisans ou entreprises spécialisées) et informations importantes concernant votre projet devront figurer dans votre dossier. L’Anah étudie la demande et statue sur la nécessité de sa réalisation. A noter que les travaux qui visent une réduction de consommation énergétique sont privilégiées et obtiennent le meilleur remboursement.

L’Eco-PTZ

Financer des travaux d’extension est également possible via l’éco PTZ. Le montant de cet éco prêt à taux zéro peut varier entre 2 700€ et 65 000€ remboursables sur 10 ans maximum. La particularité de ce prêt aidé est de permettre à l’emprunteur de financer les travaux et de ne rembourser que le capital emprunté. En effet, les prêts à taux zéro ont été mis en place par l’Etat et sont accordés par les banques ayant signé une convention leur permettant de le distribuer. Pour y avoir droit, il faut répondre à certaines conditions (détaillées sur le site de l’administration française) dont les plafonds de revenus. Néanmoins, il est nécessaire de garder à l’esprit que ce prêt a un objectif premier d’économie d’énergie et d’amélioration des performances des habitations pour un meilleur respect de l’environnement.

Les prêts bancaires

PEL ou CEL

D’autres prêts avantageux existent dans le cadre du financement d’une extension de maison. Les taux d’emprunts immobiliers relatifs aux prêts réalisés dans le cadre d’un PEL ou d’un CEL souscrits depuis plus de 4 ans dépendent de l’année de signature du contrat avec votre banque. Plus la souscription au PEL ou au CEL est ancienne, plus le taux est bas, en particulier au regard du taux immobilier pratiqué pour un prêt immobilier classique. Ces prêts immobiliers bonifiés, peuvent être destinés au financement de travaux pour permettre l’amélioration de la résidence principale. Le montant empruntable peut s’élever à 92 000€. Pour obtenir ce prêt, adressez-vous directement à votre banque !
Si vous avez souscrit un PEL ou un CEL, vous pouvez réaliser un crédit immobilier à des taux intéressants et dont le montant peut monter jusqu’à 92 000€. Plus le contrat est ancien (CEL ou PEL) plus les taux apposés à l’emprunt qui servira à financer vos travaux d’extension seront bas. Ces prêts bonifiés ont pour but d’aider les ménages à effectuer leurs travaux d’aménagement à des tarifs concurrentiels. Pour connaître les modalités du financement, il ne vous reste plus qu’à vous approcher de votre banque pour savoir à quelles conditions vous pourrez emprunter.

Prêt travaux

Plus simple encore que toutes les solutions de financement citées plus haut : le prêt travaux. Celui-ci est distribué par toutes les banques proposant des offres de prêt. Le crédit travaux fait partie de la famille des crédits à la consommation. La seule condition d’utilisation du prêt est que le montant, plafonné à 75 000€, soit destiné à financer des travaux. L’amélioration des performances énergétiques ne conditionne donc pas l’obtention du prêt. Mais pour y avoir droit, les banques vont naturellement vérifier vos capacités d’emprunt et de remboursement.

Prêt immobilier

Au-delà de 75 000€, un prêt travaux se transforme en crédit immobilier et respecte ainsi les conditions de taux (généralement moins élevé que pour le crédit conso) et d’obtention (plus strictes notamment par la souscription à une assurance décès invalidité et la mise en place d’une garantie caution ou hypothèque) inhérents au prêt immo. Le prêt immobilier est intéressant dans le cas de travaux d’extension classique (de surface) ou de surélévation (impliquant des travaux lourds et coûteux). Vous obtenez ainsi un financement adapté à votre projet et vous apportez une plus-value à votre bien grâce aux travaux, puisque vous augmentez le nombre de mètres carrés de votre logement.

Le crédit d’impôt

Le CITE ou Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique est une solution de financement dont le but est uniquement de répondre au besoin d’amélioration énergétique. Les travaux d’extension doivent donc répondre à cet objectif. Le montant des travaux éligibles à ce dispositif est de 8 000€ pour une personne seule 16 000€ pour un couple et majoré de 400€ pour toute personne supplémentaire à charge.
Dans le cas de l’extension d’un bien, il est possible de demander le crédit d’impôt pour financer l’achat d’un appareil chauffant à énergie renouvelable, les travaux d’amélioration de l’isolation et à l’achat de matériaux permettant d’augmenter les performances énergétiques du bien.
Pour que les travaux puissent être financés, ceux-ci doivent être réalisés par des professionnels qualifiés RGE ou par un de leurs sous-traitants. Les matériaux utilisés doivent eux aussi répondre à un critère précis de performance.

Les aides des collectivités

Dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, certaines collectivités aident les propriétaires soucieux d’améliorer la performance énergétique de leur logement. Les aides concernent le financement des diagnostics énergétiques, d’études de maîtrise d’ouvrage…
Une exonération de la taxe foncière est également possible pour les propriétaires s’impliquant dans l’amélioration des performances de leur logement. Pour plus de précision, il vous suffit de vous rapprocher de votre bureau départemental ou régional.