La réglementation thermique 2012 (ou RT 2012) annonce les nouvelles normes à suivre pour les bâtiments. Elle vise à de réduire significativement la quantité d’énergie consommée par les constructions depuis l’année 2013. Mais encore, elle contribue également à apporter le maximum de confort aux personnes qui résident ou travaillent dans le bâtiment. Par conséquent, les constructeurs doivent respecter les normes indiquées par la réglementation en matière de matériau de construction et d’équipements à utiliser. Cette réglementation thermique dessert trois objectifs bien clairs. Ce sont le besoin climatique, la consommation d’énergie et l’objectif de confort d’été. Contrairement à la RT 2005, cette nouvelle réglementation met en évidence des niveaux de classification d’habitation permettant de garder un excellent niveau de confort en été sans avoir recours à un système de refroidissement.

Qu’est-ce qu’on entend par « objectif de confort d’été » ?

L’exigence de confort d’été est traduite par l’indice TIC. Ce dernier est défini comme étant la température maximale obtenue à l’intérieur du bâtiment durant cinq jours successifs de fortes chaleurs. La température de référence est fixée à 26°C. Et, le TIC doit toujours être en dessous de cette valeur de référence pour que le bâtiment puisse être qualifiée confortable. Il est à noter que les exigences de confort d’été pour une construction CE1 et une construction CE2 ne sont pas les mêmes. De plus, les bâtiments RT 2012 classés CE1 n’ont pas toujours besoin d’un système de refroidissement afin de garder le TIC à une valeur raisonnable.

Afin de calculer les différents indices (BBio, TIC et Cep), il convient d’utiliser des outils de calcul informatique spécialement dédiés. Ils sont calculés à partir données climatiques classiques pour différente zone d’habitation grâce aux méthodes de calcul Th-BCE 2012.

Vous cherchez à réaliser un dossier de qualité pour votre prochain projet

Les exigences des moyens

Il existe également des exigences de moyens qui permettent d’atteindre l’optimisation du confort au sein d’un bâtiment donné. Parmi ces exigences, on peut citer le recours aux énergies renouvelables ou à des systèmes tels que la thermodynamique. La suppression des ponts thermiques et l’amélioration de l’étanchéité de l’air permettent également de garantir la qualité de l’exigence dans l’habitation. Alors, pour évaluer qu’une exigence soit assez efficace ou non, les constructeurs ont recours à des tests tels que celui de la porte soufflante ou à une démarche qualité.

Quant aux surfaces vitrées, une surface minimale de 17 % est imposée par la RT 2012. De ce fait, la surface totale des baies doit être supérieure ou égale au 1/6 de la surface habitable. Et, un recours à au moins une énergie renouvelable est nécessaire pour les maisons individuelles ou accolées. Cette exigence ne s’applique pas aux bâtiments dont la surface habitable moyenne est en dessous de 25 m² ainsi qu’aux constructions dont la surface de façade disponible n’excède pas la moitié de la surface habitable.

Enfin, les constructeurs doivent toujours renseigner les résidents sur la consommation d’énergie de leur bâtiment afin qu’ils puissent en faire bon usage. Que ce soit une mesure précise ou une estimation, ces données pourront aider énormément les occupants dans la gestion de leur consommation énergétique à la maison.